Éclairage public : des villes françaises 100% LED

Une directive européenne stipule que les villes doivent progressivement remplacer leurs éclairages publics obsolètes et polluants. Après Vaucresson dès 2013, Istres en 2014, l’Île de Sein en 2015, Bry-sur-Marne en 2016, la ville de Saint-Mandé est la cinquième commune française à basculer en 100% LED, dont la quatrième dans les faits.

Lire la suite 0 commentaires

Disparition de Hans Ruedi Giger

H.R. Giger
H.R. Giger

Son nom est associé aux effets spéciaux des films Dune, Alien ou plus récemment Prometheus. Le cinéma et la musique ont fait appel à lui. Mylène Farmer à d’ailleurs été comblée par son savoir faire.

Le designer et sculpteur  suisse Hans Ruedi Giger est décédé hier à l’âge de 74 ans des suites de blessures dues à une chute. Hospitalisé à Zurich, l'artiste a succombé à son accident.

 

Né le 5 février 1940 à Coire, H.R. Giger cultive très tôt une passion pour le fantastique et le macabre, des thèmes gothiques liés à la naissance, la mort et la sexualité.

Ce goût, très gothique, le conduit à étudier l'architecture et le dessin industriel à Zurich. Il réalise ensuite plusieurs documentaires de court-métrage. Très vite, il esquisse des créatures mutantes tout droit sorties des pires cauchemards. Certains de ces monstres prendront vie grâce à une technologie mécanique avancée. Un polymorphisme que l'auteur nomme « biomécanique ».

Lire la suite 0 commentaires

Paris : l'emblématique cinéma Louxor

Construite dans le quartier de Barbès-Rochechouart en 1921 par l'architecte Henri Zipcy et le céramiste Amédée Tiberti pour le groupe Lutetia-Wagram, cette salle dotée d'une splendide façade art déco de style néo-égyptien sera inaugurée le 17 avril prochain et va rouvrir ses portes le 18 avril. Elle redeviendra ainsi le Palais du cinéma. Le bâtiment était à l'abandon depuis 1990.

 

Le 29 novembre 1983, le Louxor projette sa « dernière séance ». Le propriétaire, Pathé vend l’édifice à la société TATI qui souhaite ouvrir un grand magasin. Faute de pouvoir modifier la façade, le commerçant jette l’éponge et cède la gérance à un exploitant de night clubs. Auparavant boîte de nuit antillaise baptisée « La Dérobade », l’établissement devient en août 1987 la plus grande discothèque gay de Paris nommée « Megatown ». La boîte ferme en 1990, après le décès de son fondateur David Girard. Laissé à l’abandon depuis, le bâtiment périclite.

L’imposant immeuble du Louxor se situe à la confluence des 10e, 18e et 9e arrondissements. Son devenir, longtemps débattu, dépend de la politique volontariste de la Ville de Paris à renouveler ou à réhabiliter son parc urbain. La Ville rachète l’édifice en 2003 à Fabien Ouaki, héritier des magasins Tati. Elle y a depuis investi 25 millions d'euros en travaux, confiés à l'architecte Philippe Pumain. Un budget de 29 millions d'euros avait été initialement prévu.

 

Le colossal chantier s'est achevé récemment. Les façades ont été intégralement restaurées dans leur état de 1921, avec restitution des mosaïques, vitraux et grands mâts égyptiens disparus. Les décors, faux marbres peints, frise néo-grecque, masques de pharaon en relief, hiéroglyphes recréés. Il a fallu un minutieux travail d'archives pour arriver à ce résultat. La grande salle de cinéma comporte 334 fauteuils au lieu des 1 100 d'origine. Elle a été réhabilitée avec ses trois niveaux - l'orchestre, le balcon et le poulailler -. Deux nouvelles petites salles viennent compléter le nombre de places et en présentent respectivement 136 et 71. Le total s’élève à 541 fauteuils. L'établissement est accessible aux personnes à mobilité réduite. Au deuxième étage, un bar-club accueillera les convives qui profiteront d’une terrasse panoramique avec une vue imprenable sur le Sacré-Cœur. Parallèlement aux travaux, Michel Gomez a lancé en septembre 2012 un appel d'offre pour la gestion du cinéma. Les candidats avaient jusqu'au 17 octobre pour déposer une lettre d'intention en fournissant des éléments financiers et juridiques. Début décembre, Philippe Pumain qui a supervisé l'ensemble de l'ouvrage, a confié : « Les spectateurs viendront à la fois voir des films et l’édifice lui-même ».

 

La Ville de Paris, soucieuse d'étoffer l’offre cinématographique du nord-est parisien, et de conserver cet élément du patrimoine culturel et architectural (qu'elle soutient à hauteur de 1,2 million d'euros par an), dont la façade et les toitures ont été inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1981, veut développer un concept hybride « art et essai, populaire ». La programmation sera composée d’anciens et nouveaux films, notamment de cinéastes le l’hémisphère sud, ainsi que de l’actualité du box office.

La réhabilitation du Louxor s'inscrit également  dans le cadre du projet de requalification urbaine et culturelle de la ville. Au nombre de 90 en 1950, les cinémas sont à peine une vingtaine aujourd'hui dans les 9e, 10e et 18e arrondissements.

Lire la suite 0 commentaires

L'ouverture par le cubisme

Les Nids - Courbevoie - http://www.koz.fr
Les Nids - Courbevoie - http://www.koz.fr

L'agence Koz architects de Christophe Ouhayoun et Nicolas Ziesel, membres du collectif Plan01, a remporté en 2007 le concours organisé par le Groupe 3F pour la réalisation d’un projet immobilier original et fonctionnel de 28 appartements à Courbevoie, dans la proche banlieue parisienne. Le concours prévoyait que les participants proposent une nouvelle conception des logements sociaux en les considérant des maisons individuelles.


Les Nids, c'est le nom de ce projet. Les architectes ont choisi quatre caractéristiques fondamentales des maisons individuelles, sur lesquelles baser leurs choix conceptuels. La flexibilité par exemple, c'est-à-dire la capacité de transformer les pièces en fonction des exigences de la famille qui changent au fil des années avec l'évolution du groupe familial. Les autres caractéristiques sont : l'unicité, c'est-à-dire rendre la maison unique et reconnaissable de la route, la possibilité de tourner autour de la structure en aménageant l'extérieur avec des patios, des jardins et des rampes et, pour finir, la possibilité de créer des relations avec les voisins.


Face aux ensembles d’immeubles compacts dressés comme une muraille, sur la ZAC des Fauvelles à Coubevoie, Christophe Ouhayoun et Nicolas Ziesel ont choisi « l’ouverture par le cubisme » ; un édifice constitué de cassures, et de cubes en encorbellement. Ce jeu de construction qui n'a rien à envier au maître Picasso bouleverse les règles du logement social en dépoussiérant son aspect devenu désuet. Certes, des progrès ont été fait depuis une quinzaine d’année dans se domaine mais ils sont encore trop timides. Face à des pouvoirs publics sourds aux évolutions et à des bailleurs impuissants, la réalisation des deux architectes dépasse toutes les attentes. Non, les contraintes budgétaires ne restreignent pas l’invention et l’envie d’aller plus loin en qualité. La preuve, cet ensemble de 28 logements répartis dans deux grands blocs et une faille, permettant d’éviter un effet « mastoc » comme pour les barres HLM construites dans le passé. De part et d’autre, une surface de base correspondant à un trois- pièces sur laquelle vient se greffer en façade des pièces ajoutées si nécessaire, afin de former des T4 ou des T5. Chaque ajout est un cube et chaque cube en équilibre intègre sur son toit une terrasse destinée à l’appartement du dessus. Tous les logements bénéficient encore d’un balcon ceinturant de 1,50 m de large. Chaque chambre y débouche et le vaste salon souvent situé en angle est éclairé sur deux faces, ce qui permet de gagner en luminosité. L’ensemble est orienté sud-est, c’est le bain de soleil assuré à tous les étages. Les paliers sont vastes et ouverts. Lieux communs aérés, façades en dégradé vert et jaune, sols fluo, pré-canisses Une crèche et un fleuriste devraient être installés au rez-de-chaussée.


Enfin le logement social se voit doté d’un ensemble fonctionnel, plaisant et original, respectant l’environnement comme celui-ci. La qualité est là, c’est aux locataires d’être inventifs afin d’aménager du mieux possible leur espace respectif et d’en faire un lieu convivial. Le cimetière d’à côté ne s’en plaindra pas !

Projet :  KOZ architects
Photos : Guillaume Grasset et Jean-Baptiste Pellerin  
Lieu : Courbevoie, France

 

Lire la suite 0 commentaires