Île de France : logements sociaux Vs patrimoine architectural

12e : du neuf et du grand au 64 avenue du docteur Arnold Netter

Il était un petit hôtel particulier ne payant pas de mine situé dans le 12e arrondissement, à l’est de Paris. Construit en 1881 par l'architecte Flavien, placé au cœur de l’avenue Arnold Netter, il fut une bouffée d’oxygène pour les habitants du quartier Bel-Air. Longtemps fermé, l'immeuble constituait une dent creuse face à la politique de logement social d’Anne Hidalgo. Non classé et pourtant élément du patrimoine archtectural parisien, l'édifice fut condamné.

Acquis par préemption par la Ville en 2013, puis loué à la SGIM dans le but d’y réaliser un programme de logements sociaux neufs, cet hôtel particulier fut détruit en avril 2016. Un immeuble d'habitation de R+6 étages sur un niveau de sous-sol et commerce sur la rue est sur le point de voir le jour. La livraison est prévue en juin 2017 pour un coût de 1.9 M € hors taxes sur 570 m². Les travaux sont menés par la société Élogie, acteur du logement à Paris. Neuf appartements y seront proposés à la location.

 

Après consultation du permis, nous en savons plus sur le nouveau visage du 64 avenue Arnold Netter : la nouvelle construction aura une façade en béton teinté dans la masse de couleur graphite, tableaux obliques alternés d'un niveau à l'autre ; aucune modénature n'est prévue pour animer l'ensemble. Les boiseries extérieures et les murs des parties communes seront traités en jaune orangé. L'ensemble nous paraît harmonieux et cadre avec le standing du quartier à la fois bourgeois et populaire.

En revanche, nous pensons que cette construction ne vienne alourdir une avenue déjà bordée de nombreux immeubles de hauteur importante. En effet, l'hôtel particulier de la fin du XIXe siècle ne faisait q'un étage plus les combles. Encadré par un R+6 et un R+5 de la même époque, il laissait passer la lumière dans un lieu déjà bien chargé et quelque peu étouffant. C'était comme une boufée d'air frais pour les passants. Si le style du nouveau bâtiment nous semble approprié, sa hauteur ne convient pas à cette adresse. Sans remettre en cause la politique HLM de la mairie de Paris, ce projet nous paraît axé exclusivement sur la rentabilité, au détriment du caractère architectural de cette avenue et du quartier. L'hôtel particulier ne présentant pas de signes extérieurs de dégradation était peut-être trop vétuste pour êtres sauvegardé. Nous n'avons aucune information sur ce sujet. Nous savons juste qu'un monsieur âgé y vécut. La famille dont nous préservons l'anonymat n'était pas en mesure de garder la bâtisse.

Le 64 avenue Arnold Netter ne laissera plus passer le soleil éclairant l'arbre se trouvant devant sur le trottoir. Ce côté romantique disparaît avec ce joli petit hôtel particulier. Les habitant pourront toujours aller s'aérer au bois de Vincennes. Il y a aussi le parc de la cité Debergue tout proche avec ses anciens bâtiments de caractère réhabilités et également gérés par la CGIM !

Partager cette page :

Écrire commentaire

Commentaires : 0