« Incident in a Ghost Land » : révélations de Pascal Laugier

Mylène Farmer fera son retour au cinéma cet été dans le long métrage de Pascal Laugier, Incident in a Ghost Land. Le réalisateur s'est confié voici quelques jours à Mad Movies à propos de son film et du choix de la chanteuse comme actrice.

City Of Love
City Of Love

« Je me retrouve avec un récit situé dans une Amérique rurale aussi faussement bucolique que son Maine à lui… Et avec l’isolement de trois personnages venus de la ville (Mylène Farmer dans le rôle d’une mère, Crystal Reed et Anastasia Philips dans le rôle de ses filles) qui investissent une maison perdue au milieu des bois, vont faire une très mauvaise rencontre… »


Il s’agit d’un scénario inspiré par Stephen King, la part noire de l’œuvre du maître de l’épouvante, à partir d’une idée qui a fleuri l’été dernier dans l’esprit de Pascal Laugier. Le tournage  se déroulera entre le Canada (Toronto) et les Etats-Unis (New York) au mois d'août, pour une co-production franco-américaine en langue anglaise.
Se disant « heureux et fier » d’exposer un visage  qui n'a pas été exposé sur grand écran depuis plus de vingt ans, le cinéaste avoue avoir une grande joie de travailler avec la chanteuse. C’est une tentation irrésistible pour les deux artistes, après leur collaboration sur le clip de City Of Love. Et c’est particulièrement émouvant pour Mylène  qui souhaitait revenir au cinéma après Giorgino.


« Mylène Farmer, c’est un choix de cœur. Il se trouve qu’on a fait un clip ensemble et que la rencontre a été une évidence. Un clip, c’était trop court, il fallait que ça se poursuive… Comment dire ? Je l’aime beaucoup. Cette fille a quand même réussi à imposer toute une imagerie du bizarre et du fantastique dans un pays précisément réfractaire à ça, et à le faire à une échelle incroyablement populaire. Quel jeune cinéaste français de genre peut en dire autant ? Alors, quand elle m’a appelé pour me proposer de travailler avec elle sur son nouveau clip, je n’ai pas caché mon bonheur. Surtout que ce genre de rencontre arrive très peu dans un métier surtout fait de petits négoces et d’intérêts bien sentis. Du coup, ça rend le projet encore plus particulier, avec une prise de risque qui correspond à la nature même du film. »


Réalisateur de Martyrs (2008) et The Secret (2012), Pascal Laugier nous prévient d’un film « qui ne s’excuse jamais d’être un film d’épouvante » et promet que ça devrait être « très effrayant ». Le projet est donc à suivre et on en frissonne d’avance.

Source : MadMovie.fr

Partager cette page :

Écrire commentaire

Commentaires : 0