Interview Mylène Farmer et Sting à Rolling Stone

Mylène Farmer et Sting ont accordé une interview commune au magazine américain Rolling Stone, après la sortie du single Stolen Car aux États-Unis le 04 septembre dernier, après avoir été numéro 1 durant quatre jours sur iTunes en France.

C'est la première interview presse américaine de la chanteuse.
Diffusion du clip Stolen Car le mois prochain (annoncé également Gala)

Sortie de l'album Interstellaires le 06 novembre.

Ouverture des précommandes pour l'album le 03 octobre.

 

Voici l'interview traduite en français :

Comment vous êtes-vous rencontrés et avez-vous décidé de collaborer ?

Mylène Farmer : Il y a quelques années, j'étais allée à Londres voir l'un de ses spectacles qui se déroulait dans une église (Songs from the Labyrinth à l'église St. Luke's Church). J'avais trouvé cela très impressionnant, très beau et poétique. Alors, (l'année dernière), j'ai pris l'avion pour New York, parce que je voulais vraiment voir sa pièce, The Last Ship, et je l'ai trouvé très émouvante et sombre. Les chansons étaient très belles, le jeu des acteurs incroyable et j'en suis tombée amoureuse. Et puis je lui ai demandé s’il aimerait faire quelque chose avec moi. Et il a dit, « Oui, pourquoi pas. »

Sting : J'étais très heureux que Mylène vienne à mon spectacle, évidemment, et nous nous sommes rencontrés, et elle m'a dit : « Avez-vous des chansons qui seraient adaptées, que nous pourrions chanter ensemble ? » Et aussitôt j'ai pensé à Stolen Car. Je l'avais écrite il y a près de douze ans. Elle avait été écrite pour qu'il y ait une voix féminine sur les refrains : « Take me dancing tonight ». Parce que la jeune femme ne reçoit pas assez d'attention. Elle est la maîtresse d'un homme d'affaires brillant et l'histoire est très intense. J'attendais la femme idéale pour interpréter la chanson, et Mylène était cette candidate parfaite.

Qu'est-ce qui était différent en la chantant cette fois-ci ?

Sting : Eh bien, vous captez toujours quelque chose d'un autre chanteur lorsque vous chantez ensemble, que vous vous accordez donc vous devez vous écouter très attentivement. Il s'agit plutôt d'une rencontre, c'est comme une danse... [Et] nous avons dû changer le ton afin que nos voix s'accordent, et je chante dans une tonalité plus élevée que je le ferais habituellement.

Mylène Farmer : En plus, elle est en français et en anglais. J'ai demandé à Sting si il serait d'accord pour qu'il y ait des paroles en français et il a dit : « Ok ! ». Ma traduction était très proche de ce qu'il avait écrit initialement, et puis j'ai ajouté quelques petites choses qui étaient vraiment françaises et dans mon style. En fait, c'est vraiment comme une conversation entre eux deux et c'est ce qui était intéressant pour moi aussi.

Sting : C'est très sexy en français aussi.

Qu'en est-il de collaborer, de créer ensemble par rapport à travailler seul ?

Sting : En fait, il faut que un plus un fasse trois et non deux. Et je pense que dans ce cas, nous avons produit ensemble quelque chose de bien mieux que je ne l'avais fait moi-même, ou que je pourrais le faire moi-même. Il y a une nouvelle dimension en cela qui est magnifique.

Mylène Farmer : Quand j'écris une chanson, je dois être seule. Cachée dans le recoin d'une pièce et alors, j'écris. Je suis vraiment désespérée, et c'est mieux.

Parlez-moi du clip.

Sting : Nous avons pensé immédiatement à faire un clip. Ainsi quand la chanson a été enregistrée, j'avais à l'esprit la façon dont cela serait filmé. Ça a toujours été destiné à être également un objet visuel.

Mylène Farmer : C'est un réalisateur français, Bruno Aveillan, qui est un homme très talentueux et un ami à moi. Il a fait beaucoup de publicités pour Cartier, Guerlain, etc. Il fait des choses très belles qui ressemblent à des tableaux. J'ai montré à Sting son travail parce que je pensais que ce serait adapté à l'histoire, parce que cette chanson est déjà comme un petit film. Et il était d'accord. Et nous avons tourné, je crois deux jours ?

Sting : Deux journées de douze heures et nous avons terminé à quatre heures du matin.

Mylène Farmer : Il a travaillé beaucoup plus que moi parce qu'il jouait deux rôles.

Sting : Dans le clip je joue le voleur de voiture et également le « ompany director ». J'ai donc pris beaucoup de plaisir.

Mylène, j'ai vu sur des photos de paparazzis que vous marchiez avec un plâtre pendant le tournage ?

Mylène Farmer : Oui, je me suis cassée la jambe en deux morceaux il y a cinq mois, et c'est presque réparé à présent. Mais je devais porter des talons hauts (dans le clip) et a j'ai dû être très prudente. (Sting) était très gentil avec moi et très attentionné parce que je ne pouvais pas marcher. Il a dû me tenir très serrée.

Sting : Aucun problème (rires de Mylène et Sting). Le Daily Mail a aimé ça aussi... (référence à l'article sur le tournage du clip publié par le site du quotidien, ndlr).

Trouvez-vous des différences à la façon dont les publics français ou américains ou autres réagissent à votre travail ?

Sting : L'un des grands plaisirs de jouer en Europe c'est combien chaque pays a une culture profondément différente - Allemagne, Espagne, Italie, France. Les Français écoutent très attentivement ce que vous chantez. Je pense qu'ils ont une connaissance très pointue de la musique; Je crois que la musique est enseignée dans les écoles, donc ils sont sensibles à l'harmonie qui se dégage de la musique. Je pense que cela fait partie de l'âme française. Donc, j'ai plaisir à jouer là-bas. Ils ne sont pas tout à fait aussi chauds que les Italiens, qui peuvent eux devenir fous.

Mylène Farmer : Les Russes sont tout à fait étonnants, car ils sont très adeptes de la langue française. Ils aiment de tout cœur cette musique, je pense. J'aurais beaucoup de mal à répondre (à propos de ma propre expérience), parce que je suis particulièrement habituée à un public français. Les Américains, je ne les connais pas. Je dois encore les découvrir.

Est-ce que chacun se rappelle la première fois qu'il a entendu la musique de l'autre ?

Mylène Farmer : Je le connaissais de longue date comme artiste et j'adore sa musique. Si je devais choisir un titre ce qui serait très difficile je retiendrais probablement Fragile ; j'aimerais juste voler cette chanson et prétendre que c'est la mienne. Et... (Sting) tu n'as pas à répondre parce que je ne pense pas qu'il connaisse tout de mon travail...

Sting : Oui, je suis un ami de son manager qui a produit une pièce que j'ai fait à Paris il y a quelques années et qui s'appelait Welcome to the Voice et j'ai rencontré alors Mylène. C'est important de savoir à quel point elle est une grande star dans les pays de langue française. Elle remplit tous ces stades immenses encore, encore et encore, donc elle est géante mais aussi une personne adorable. Ce qui est le plus important, en fait.

Mylène Farmer : Merci (en français, ndlr). Je suis d'accord ; merci.

Source et interview en anglais : http://www.rollingstone.com/music/news/...

Partager cette page :

Écrire commentaire

Commentaires : 0