Jean-Paul Gaultier s'expose au Grand Palais

Du 1er avril au 03 août 2015


Cap sur la « planète mode » de Jean-Paul Gaultier. C’est un voyage des plus enchanteurs auquel nous invite le créateur. Après Londres, Montréal, San Francisco, New-York ou Madrid, l’exposition « La planète mode de Jean-Paul Gaultier, de la rue aux étoiles » pose enfin ses malles à Paris où l’on attendait frénétiquement l’enfant terrible de la mode.


Pas moins de quatre décennies de travail de haute-couture, mais aussi de prêt-à-porter, sont ainsi exposées au Grand Palais. À la fois rétrospective et collection, l’exposition présente la carrière très riche de Jean Paul Gaultier en réunissant réunit 175 ensembles accessoirisés des années 1970 à aujourd’hui, tous issus de ses collections haute couture et prêt-à-porter.
Vous y découvrirez également de nombreuses photos, dessins et costumes de scène, des extraits de films, d’apparitions télé, de défilés, de concerts et autres spectacles associant ses créations et/ou sa direction artistique.

 

Joueur, provocant et d’une grande cohérence, surnommé « enfant terrible de la mode », Gaultier nous apporte un regard nouveau depuis de nombreuses années sur une société jusque-là considérée comme  rigide. L’ex-gamin de Bagneux bouleverse volontiers les codes établis nous offrant un témoignage d’extravagance et d’élégance sur ces mutations qui marqueront à jamais l’univers de la mode. Il attache une grande importance au corps social et politique, sans jamais rien perdre de sa légèreté. C’est avec un certain amusement qu’il évoque sa grand-mère buvant du vinaigre pour enfiler son corset : il s’agit d’une méthode radicale faisant contracter l’estomac. L’accessoire peut être revêtu plus aisément.

Gaultier jongle entre l’extravagance néo-punk, un sadomasochisme revisité, plus sombre,  ou les plumages colorés du French Cancan. Et pour porter  ses couleurs, le créateur s’offre des muses exceptionnelles : Mylène Farmer, Yvette Horner,  Madonna Pedro Almodóvar, Amy Winehouse, Kylie Minogue ou Dita Von Teese ont revêtu pour lui de magnifiques étoffes. La liste de ces personnalités est longue.  Toutes ont été ravies et amusés de se prêter au jeu. Certaines d’entre elles sont devenues des amies comme Mylène Farmer ou Madonna.  Gaultier sait à merveille mixer les références culturelles avec intelligence et impertinence. Certes, on le sait déjà, mais l'alchimie délicate de son travail consistant à rendre parfaite une complémentarité, a priori paradoxale, entre divers matériaux comme la soie, les plumes, le tulle ou le métal est tout-à-fait surprenant. C’est un renouvellement permanent que Gautier nous offre depuis quarante ans. Pour la blague, il n’hésite pas à chanter Mon truc en plume de Zizi Jeanmaire à la fin d’un défilé. C’est cette proximité que semble aimer particulièrement le public. L’art de Gaultier est d’avantage humaniste qu’esthétique.

Témoignant à la fois d'un humour joyeux, d’un éclectisme exceptionnel  et d'une grande cohérence,  Gaultier apparaît toujours comme acteur d’une société en pleine mutation. Inventif, joueur, provocateur il n’apprécie guère l’ordre établi, et ce pour notre plus grand bonheur. Notre plus belle histoire d’amour, c’est lui…


Y aller

Partager cette page :

Écrire commentaire

Commentaires : 0